La biopsie de prostate échoguidée

[Aller au menu]

La biopsie de prostate échoguidée

Biopsie prostatique échoguidée

De quoi s’agit-il ?

Une ponction-biopsie de la prostate consiste à prélever des fragments de tissu prostatique avec une aiguille à biopsie introduite dans le rectum jusqu’à la prostate sous contrôle échographique.

La biopsie est précédée d’une étude échographique de la prostate.

Cette ponction-biopsie peut, dans la majorité des cas, permettre de connaître la nature de l’image sur laquelle nous nous interrogeons tout en évitant une opération. La réussite de l'examen est conditionnée par la qualité des prélèvements.

Cette intervention est justifiée par votre état de santé pour identifier l’affection dont vous souffrez, à titre de bilan pré-opératoire, ou pour un contrôle post-opératoire ou encore dans la surveillance de la maladie pour laquelle vous êtes ou avez été traité.

Cette intervention, comme toute exploration radiologique, n’est pas s0re à 100%. Au cours de l’intervention, tout sera mis en œuvre par le médecin radiologue pour obtenir la meilleure efficacité diagnostique.

Pourquoi faire cette ponction dans le service de radiologie ?

Nous utiliserons pour nous guider et pour rendre le geste plus sûr, l’échographie. Cette technique permet de bien repérer les organes, de choisir le bon point d’entrée de l’aiguille et de suivre son trajet.

Le déroulement de l’examen

Votre coopération est essentielle : elle contribuera à la rapidité du geste de ponction et diminuera les risques de douleur et de complications. Vous devez rester immobile pendant l'ensemble de la procédure et arrêter de respirer si le radiologue vous le demande. Un traitement antibiotique vous sera prescrit avant l’examen, sur une période de 3 à 5 jours. Un petit lavement rectal est souvent prescrit pour le matin de l’examen. Une sonde d'échographie recouverte d'une protection stérile est introduite dans le rectum. Une anesthésie locale est faite.Plusieurs prélèvements sont effectués (jusqu’à 8 ou plus). La durée de l'examen est de 20 à 30 minutes.

Quelles sont les complications liées à la ponction ?

Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication.

Une hémorragie rectale, très rare, peut nécessiter un geste de compression rectale pendant quelques minutes.

L’infection prostatique dans les suites de l’examen est exceptionnelle si le traitement antibiotique préventif est respecté. Elle expose néanmoins au risque de septicémie (comme pour toute infection profonde) et doit faire l’objet d’un traitement spécifique mis en route dans les plus brefs délais en cas d’apparition d’une fièvre après la biopsie.

Après dissipation de l’effet de l’anesthésie, la région périnéale peut être sensible pendant quelques heures; un antalgique simple peut vous être prescrit par votre médecin.

Les urines ou les selles peuvent être teintées de sang, après une biopsie de la prostate ; ceci est normal dans les 48 heures suivant la biopsie.

La présence de sang dans le sperme est également possible, sans aucune gravité, et peut durer plusieurs semaines.

Très rarement une hémorragie nécessitera une transfusion de sang, de dérivés sanguins, ou une intervention ; les décès après une simple ponction sont tout à fait exceptionnels.

Résultats

Une rapide analyse permettra de dire si les prélèvements ont bien rapporté suffisamment de matériel. L’analyse plus complète prendra plusieurs jours. Les résultats seront alors adressés dans les meilleurs délais à votre médecin qui pourra alors vous les commenter.

Que va-t-il se passer après la ponction ?

Vous serez surveillé attentivement par le personnel soignant. On vous indiquera si vous devrez rester allongé et pendant combien de temps. La durée pendant laquelle vous devrez rester en radiologie ou dans l'établissement dépend du type de ponction.

Ce que vous devez faire

Certains antécédents médicaux pourront nous amener à vous prescrire une prémédication avant l’examen ou à reporter la date de l’examen ou encore, beaucoup plus rarement, à annuler cet examen et le remplacer par un autre type d’exploration.

Avant l’examen

On vous devrez répondre attentivement à ces questions :

  • Avez-vous des risques particuliers de saigner ?
    • Avez-vous une maladie du sang ou des saignements fréquents ou prolongés (du nez par exemple) ?
    • Prenez-vous un traitement fluidifiant le sang (anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire type aspirine, Asasantine, Kardégic, Persantine, Plavix, Previscan Sintrom, Solupsan, Ticlid…) ou tout simplement souvent de l’aspirine contre le mal de tête ?

Dans ce cas, il sera nécessaire d’arrêter ces médicaments avant l’examen ; nous vous préciserons combien de temps

  • Êtes-vous allergique :
    • à certains médicaments ou pommades ou êtes-vous asthmatique ?
    • avez-vous mal toléré un examen radiologique ?
  • Êtes-vous atteint d’une infection de la prostate (prostatite) encore sous traitement ?

Certaines maladies pourront amener le médecin à reporter la date de l'intervention.

D’une manière générale, n’hésitez pas à fournir tout renseignement qui vous paraîtrait important à communiquer et à nous informer de toute maladie sérieuse.

Apportez le jour de l’examen :

  • la demande de votre médecin (ordonnance, lettre...),
  • les résultats d'examens de sang antérieurs (dosage du PSA notamment) ,
  • le dossier radiologique en votre possession (radiographies, échographies, scanners, IRM...),
  • la liste écrite des médicaments que vous prenez.

Pour l’examen

A l’exception des médicaments que l’on vous aurait précisément demander d’arrêter, vous prendrez normalement vos autres traitements.

Pour être plus à l’aise, il est conseillé d’aller aux toilettes avant la ponction.